Sorcière malgré elle – L’héritière des Raeven T.1 par Méropée Malo

94067040_664645327701933_2478840074238689280_n

Après avoir lu The Wicked Deep, j’avais très envie de rester dans l’ambiance mystères, sorcellerie et magie. J’ai donc pioché ce livre dans ma PAL. Il s’agit en fait d’une saga en trois tomes. Les sagas c’est pas mon truc, enfin du moins si je ne les lis pas en suivant et d’un bloc, j’oublie le tome précédent, je ne comprends plus rien et je m’agace. Donc, là, j’ai deux lectures que je dois intercaler et ensuite je m’enchaînerai les deux tomes suivants ! C’est dit !

Pitch de départ :

Pour Assia, une nouvelle vie commence !

Assia, dix-neuf ans et bac en poche, rentre chez elle après des années en pension. Mais il n’y a personne pour l’attendre et elle apprend que toute sa famille est morte. La voilà seule au monde…

La jeune fille découvre alors qu’elle est l’héritière d’une lignée de sorcières. Elle va devoir apprendre à manier ses nouveaux pouvoirs avec pour unique professeur un vieux grimoire, puisque sa mère n’est plus là.

Assia n’est pas du genre à se laisser abattre : elle surmontera toutes les épreuves et éclaircira les circonstances qui ont mené à la mort des siens, parole de sorcière !

 

Personnages principaux :

Assia Raeven

Alec Divallo – Forsythe

Secondaires mais importants

Henri

Constance

Hélène

 

Détails techniques :

Auteure : Méropée Malo

Née en Normandie, Méropée Malo est venue à Paris pour ses études. Enfant, elle rêvait d’être découvreuse de licornes ou goûteuse de tartes au chocolat, mais voilà… elle est fonctionnaire. Nourrie de mythologie grecque, de littérature jeunesse et de séries télé, elle offre avec Sorcière malgré elle son premier roman.

Éditeur : Castelmore

Nombre de pages : 469 pages

Prix : 7,50 € en poche et 5,99 € en format kindle

Vous pouvez vous le procurer ici. 

 

Ma note : 16/20

Mon avis : Un bon premier tome d’une saga en trois volumes. Il y a une écriture très « à l’américaine » que j’ai bien aimée. L’auteure le précise dans les remerciements mais on sent clairement l’influence des séries comme « Charmed » et « Buffy contre les vampires » entre autres, avec la magie qui fait partie de la famille Raeven et se transmet de génération en génération aux femmes Raeven. Il y a également un grand grimoire « le Grimoire de la Lune » qui rappelle clairement le livre des ombres, à l’exception que les pages sont vierges et que ce que cherche Assia n’apparaît qu’à la demande et si l’intérêt de la demande ne dessert pas un intérêt personnel. Rien de nouveau sous le soleil, me direz-vous et vous aurez raison. La valeur ajoutée de ce livre est donc les personnages, la façon d’appréhender la magie et la plume de l’auteure.

Assia Raeven est un personnage intéressant. Elle découvre que sa mère et sa tante qui l’ont élevée jusqu’à ce qu’elle aille en pension avaient des pouvoirs et qu’elle aussi, semble-t-il, en digne héritière des Raeven a hérité de ces dons. C’est une jeune femme forte qui se retrouve orpheline après avoir passé 8 ans en pension.

Petite parenthèse : Je trouve cela fort surprenant qu’en 8 ans, malgré des instructions, personne ne lui ai dit que sa mère et sa tante sont mortes (je ne spoile pas hein, c’est même écrit dans le résumé), et qu’elle n’ait pas cherché à appeler chez elle, elle qui ne se sépare jamais de son téléphone portable. Si comme elle le dit sa mère et sa tante lui étaient très attachées, comment n’a-t-elle jamais pu s’inquiéter de n’avoir pas de nouvelles et aucune réponse à ses lettres ? Surtout arrivée à un âge raisonnable, entre 16 et 19 ans, elle aurait pu avoir l’intelligence de se renseigner et découvrir la vérité, d’autant qu’on sait qu’elle a des talents de pirate informatique…

Donc si nous laissons de côté, cette formidable incohérence qui sert de postulat de départ, on peut apprécier l’histoire. Mais à  mon sens, elle aurait pu rentrer chez elle après ces 8 années en pensionnant en n’ignorant pas que ses deux seules parentes étaient décédées, le cours de l’histoire n’en aurait pas été changé, car étant mineure elle n’avait pas de moyen d’action, elle restait soumise au bon vouloir d’Henri, homme de loi, et qui a fait office de tuteur, enfin c’est ce que j’en conclus car là aussi, à 10 ans quand tu te retrouves sans famille, il me semble qu’un tuteur doit être désigné.

J’arrête mon analyse et je passe à la suite.

Assia va donc découvrir peu à peu qu’elle possède des dons, très faibles au début, et qu’elle ne sait pas maîtriser, mais elle va prendre peu à peu confiance et comprendre l’importance de son rôle et de sa mission.

Elle va faire la connaissance d’Alec et découvrir que sa famille et la sienne sont un remake des Montaigu et des Capulet. Elles sont mortellement ennemies depuis les origines de la ville dont elles sont les deux familles les plus importantes. Pourtant Assia ne peut réfréner l’attirance qu’elle éprouve pour Alec (oui j’y reviens mais très Roméo et Juliette 🙂). Elle doit également cacher ses dons et échapper à de multiples tentatives d’agression et d’intrusion dans sa maison. En revanche, je n’ai pas apprécié son immobilisme devant certaines situations qui m’ont vraiment donné envie de la secouer. Elle a également une tendance à faire deux pas en avant et trois pas en arrière, et à souffler le chaud et le froid, donc il faut être patient.

J’ai particulièrement apprécié le personnage d’Alec. L’auteure a eu raison de lui donner une vraie importance et de ne pas laisser les projecteurs braqués sur Assia, ce qui aurait pu la rendre détestable. L’histoire se partage donc autant entre Assia et Alec pour notre plus grand plaisir.

Ce fut dont une lecture intéressante abstraction faite de ce que j’ai évoqué plus haut 😅. J’ai aimé la plume de l’auteure que j’ai trouvée fluide (malgré quelques longueurs et répétitions, notamment les détails par trop abondants à deux reprises sur l’escalade et la préparation à faire pour escalader un mur). L’histoire a un bon rythme, une intrigue intéressante, et ne laisse pas le lecteur dans l’ennui. La couverture est vraiment jolie, de même que les illustrations de pages et petite mention pour les titres de chapitres qui sont très originaux et changent de l’ordinaire.

 

Ma lecture en trois GIFs :

giphy-3    giphy-4 giphy-5

A bientôt !

Lucie

 

 

Une réflexion sur “Sorcière malgré elle – L’héritière des Raeven T.1 par Méropée Malo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s