Les hommes virils lisent de la romance (The Bromance Book Club) par Lyssa Kay Adams

Bonjour, Bonjour,

J’ai été invitée par Babelio à lire « Les hommes virils lisent de la romance » avant sa sortie prévue au 3 Mars 2021. Je les remercie pour cet honneur, cette marque de confiance et l’envoi soigné.

Quand on est choisi pour chroniquer un roman avant sa sortie, c’est à double tranchant pour ledit roman et pour l’auteur(e).

Or, là, je suis COM-PLÈ-TE-MENT conquise !!! Je l’ai commencé et je ne l’ai lâché que pour dormir, boire, manger et rester en vie. Je vous explique tout ci-après.

Pitch de départ :

La première règle du club de lecture :
On ne parle pas de club de lecture.

Le mariage de Gavin Scott est un problème. La star du baseball des Nashville Legends a récemment découvert un secret humiliant : sa femme Thea a toujours fait semblant d’être le Big O. Sa réaction à cette révélation est la goutte d’eau qui fait déborder le vase dans leur relation déjà tendue. Thea demande le divorce, et Gavin se rend compte qu’il a laissé sa fierté et sa peur prendre le dessus.

Bienvenue au Club de lecture Bromance.

Désemparé et désespéré, Gavin trouve de l’aide auprès d’une source improbable : un club de lecture romantique secret composé des meilleurs hommes alpha de Nashville. Avec l’aide de leur lecture actuelle, une régence torride appelée Courting the Countess, les gars entraînent Gavin à sauver son mariage. Mais il faudra bien plus que des mots fleuris et des gestes grandioses pour que ce malheureux Roméo retrouve son héros intérieur et regagne la confiance de sa femme bien-aimée.

Détails techniques :

Auteure : Lyssa Kay Adams

EAN : 9782280448550
Nombre de pages : 416 pages
Éditeur : Harlequin (03/03/2021)

Mon avis :

416 pages de pur plaisir ! D’ores et déjà, je vous recommande fortement de sauter dessus à sa sortie !

Vous n’avez pas une romance, mais deux romances dans ce seul livre ! La romance contemporaine pour le principal et une romance historique en liseré, en saupoudrage façon sucre glace sur le gâteau au chocolat. Oui, oui, une romance historique !

Par où commencer pour décrire cette pépite ?

La narration d’abord : à la troisième personne, ce qui n’est pas si courant en romance contemporaine. J’ai trouvé ce choix parfait. Ce point de vue quasi-omniscient était intéressant et bien utilisé et exploité. Il permet d’avoir les deux sons de cloche tant du côté de Gavin, que du côté de Thea, de les comprendre parfaitement et de les en apprécier que plus. Je ne dénigre pas les romans à la première personne du singulier qui alternent les personnages, le genre est très présent dans les romances contemporaines, et quand c’est bien fait, c’est parfait. Ici, il était important de s’attacher à la psychologue des deux amoureux et de rester en terrain neutre durant leur bataille. Seul un récit à la troisième personne permettait ce « détachement » et cette neutralité du lecteur / de la lectrice. Du moins, est-ce mon point de vue. J’aime bien prêter des intentions aux auteur(e)s qu’ils n’ont pas du tout eues parfois ! 😀

De fait, j’ai rarement nourri un attachement égal tant envers le héros qu’envers l’héroïne ! Ici, j’ai trouvé les deux personnages principaux parfaits et les personnages secondaires hauts en couleur. C’est simple, j’avais un sourire plaqué sur le visage du début à la fin ! Mais je m’égare.

Le récit vous tient en haleine de la première à la dernière ligne, vous suivez ce fil d’Ariane comme si votre vie en dépendait : Gavin et Thea réussiront-ils à se retrouver ? Il n’y a pas d’action à proprement parler, pas vraiment de rebondissements et pourtant les pages se tournent à un rythme effréné. J’ai même préparé le dîner hier soir sans le lâcher ! Toute la puissance de l’histoire réside dans l’humour, dans l’amour et dans cette tendresse infinie que l’on éprouve pour ce couple.

J’ai particulièrement apprécié l’humour omniprésent et qui apporte une vraie plus-value à l’histoire qui serait restée jolie, mais aurait sincèrement manqué de piquant. Des petites piques aux joutes verbales, c’est un régal ! Étonnamment, l’humour est principalement alimenté par les hommes du roman et très peu du côté féminin. Je serais même tentée de dire que mis à part Thea, les personnages masculins sont plus drôles, plus profonds, plus travaillés, mais après tout, le roman leur fait la part belle. Il est donc logique qu’ils soient mis en lumière.

La base de cette histoire est le club de lecture secret pour des hommes qui ont eu, à un moment de leur vie, besoin de reconquérir leurs compagnes et de tout faire pour les garder. Dans ce club, il n’y a que des hommes puissants : politiciens, athlètes de haut niveau et autres célébrités. Ensemble, ils lisent de la romance avec une prédilection pour la romance historique. Le choix n’est pas anodin parce que dans les romances historiques, le héros, après avoir découvert qu’il a un cœur, [un cœur qui bat pour sa dame qui plus est (Oh surprise !)], doit sortir les rames, ramper à genoux et déployer des trésors d’imagination pour se racheter (bien souvent) de sa conduite d’homme tout puissant et dominateur.

Mais ici nous sommes dans une romance contemporaine, donc Gavin ne mène pas le même combat que le Lord de la romance que ses amis lui ont mise entre les mains. Il doit partir à la conquête du cœur et des orgasmes de son épouse ! Pas forcément dans cet ordre-là d’ailleurs 😂

J’ai trouvé cette transposition de la romance historique dans la romance contemporaine vraiment vraiment intéressante, vraiment vraiment (oui beaucoup de vraiment!) bien exécutée ! Il est évident que l’auteure connaît bien la romance historique (et je ne parle pas que de Bridgerton qui est dans la bouche de tous dès que l’on prononce les mots « romances historiques ») Les premières romances historiques que j’ai lues dans la collection Aventures et Passion étaient écrites par des auteures américaines ! Le genre est donc bien ancré aux États-Unis.

Pour en finir avec le récit et la narration avant de passer aux personnages (que j’ai déjà effleurés), je vous pose une question : regardez-vous les noms des traducteurs/trices des livres étrangers ? Je le fais toujours pour ma part, comme je lis toujours les remerciements ! Chacun ses petites habitudes ☺️ Je ne vous dis pas ça juste pour parler de ma petite personne, mais pour une raison bien précise ! Je me suis délectée de l’écriture, alors bien évidemment l’auteure, Lyssa Kay Adams, y est pour beaucoup, c’est évident. Cependant, j’ai relevé des allitérations habilement placées, les « r » pour la colère passionnée par exemple. Ces allitérations sont l’œuvre habile de la traductrice qui n’est autre que Angéla Morelli ! Si, si ! Donc un grand bravo pour le travail de traduction.

Passons aux personnages, nos deux amoureux en détresse, comme je l’indiquais plus haut, je les aimés tous les deux, pas de préférence. Deux êtres pour lesquels il ne faudra pas vous arrêter à leur apparence : Gavin est un joueur de baseball de Ligue 1, donc très beau, bien proportionné de partout et Thea est bien évidemment superbe, pas mannequin car on sait qu’elle est petite, mais magnifique bien sûr ! Je vous laisse cependant découvrir leurs faiblesses à chacun. Faiblesses qui les rendent si précieux et uniques. La reconquête de Gavin et la recherche de confiance de Thea seront semées d’embûches. Ils sont en route chacun à leur manière pour découvrir l’amour et sa force. Leur évolution à tous les deux au cours du récit est constante, et il y a clairement un avant et un après la découverte des romances historiques par Gavin.

Enfin, je pense que vous allez savourer les personnages secondaires : Del et Malcolm, les amis et coéquipiers de Gavin, posés, mesurés, raisonnables et Braden Mack, que je ne sais pas comment décrire tellement il est sans filtre, impayable et inimitable. Il va clairement activer vos maxillaires ! Puis, il y a Liv, la sœur de Thea. Liv est le personnage que j’ai le moins apprécié, elle m’a agacée les 3/4 du temps par sa mauvaise humeur constante et son aigreur. Deux traits de caractère qui s’améliorent à la fin.

J’ai également aimé les petits détails au fil de la lecture comme les perles de sagesse de Gran Gran, la grand-mère de Thea et Liv, ou encore les petits rituels du soir de nos deux amoureux. Des petites choses qui paraissent peut-être superflues, mais qui ont constitué des repères pour moi et ont augmenté la sensation d’être physiquement dans ce livre, d’en être imprégnée.

En bref, je me suis régalée, j’ai adoré, et j’ai peur pour le roman qui va passer après celui-ci. C’est une romance à la construction atypique, au thème atypique et aux protagonistes si attachants que j’étais triste de les quitter.

Une romance contemporaine à vous procurer d’urgence car je lui décerne sans hésiter le top 3 des romances contemporaines pour 2021 ! Je sais que nous ne sommes qu’en février, mais j’ai foi en ce roman et en cette histoire. L’originalité et l’excellence du texte le démarquent clairement du lot.

J’espère sincèrement vous avoir convaincu(e)s de le lire, car il serait très dommage de passer à côté !

Mention excellent et félicitations du jury !

Bonne lecture

Lucie

2 réflexions sur “Les hommes virils lisent de la romance (The Bromance Book Club) par Lyssa Kay Adams

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s