La Voleuse de Secrets (Library Jumpers 1) de Brenda Drake : le livre de votre week-end

14074438_10154407016457296_874559309_o

Une fois de plus la tentation a été trop grande ! Regardez cette couverture : de la Magie !!! Et puis, je trouve que le nom de la maison d’Edition est juste l’accessoire parfait du livre : Lumen (je ne sais pas, ça me fait penser à une formule magique comme dans Harry Potter).

Autant vous dire que quand un livre m’apparaît ainsi, je ne cherche même pas à lire la quatrième de couv’. Je ne veux aucune indication quelle qu’elle soit sur le livre. Je veux tout découvrir par moi-même.

La « Voleuse de secrets » moui sauf qu’en anglais le titre c’est « Thief of lies » et « lies » aux dernières nouvelles ne veut pas dire secret, mais bon depuis le temps, vous savez ce que je pense de certaines traductions de titres des livres étrangers…

Mais en soi, ce n’est pas grave puisqu’ils ont gardé dans le titre l’essence du livre « library jumpers » : au début, je pensais qu’il y allait y avoir une histoire de sauts sur les toits des bibliothèques et autres librairies. J’avoue : je ne voyais pas comment on pouvait faire tout un livre sur ce sujet, mais pourquoi pas !

Et finalement, pas du tout! Pas de saut. Du moins pas dans le sens où nous l’entendons.

L’histoire : Nous sommes avec Gianna (surnommé Gia) Bianchi 16 ans, lycéenne qui se rend avec deux amis à la bibliothèque de son quartier pour travailler tranquillement. Elle y croise un garçon (mignon bien sûr) et qui s’intéresse aux livres (aucune ironie, aucune je vous assure). Puis Gia et ses amis vont tomber sur un bout de papier dans un livre, sur lequel sont inscrits 3 mots en italien, qu’elle va prononcer à voix haute et POUF !!!!! aspirés par le livre, ils vont se retrouver dans une autre bibliothèque mais surtout face à une horrible créature tout droit sortie de « cauchemars, monstres et autres créatures épouvantables ».

A partir de cet instant, l’histoire est lancée. Gia va découvrir qu’elle appartient à une sorte d’armée « Les Sentinelles » dont le but est bien évidemment de sauver ou du moins de protéger le monde contre Conemar (le méchant).

Et maintenant : le moment que vous attendez tous (roulement de tambour…. brrrrrrrrrrrrrrrrrr (je suis pas sûre du brrr pour le bruit du roulement de tambour mais je fais avec les moyens du bord) :

L’extrait !!! : « – On est morts ? a demandé Nick.

– Je ne crois pas, ai-je répondu dans un reniflement.

Il a sorti de sa poche un petit paquet de mouchoirs qu’il gardait toujours à portée de main à cause de ses allergies et me l’a tendu d’une main tremblante.

– Tiens.

Je m’essuyais les yeux et le nez quand Afton a remué.

– Que s’est-il passé ? a-t-elle fini par gémir.

– Je crois qu’on est tombés dans un trou de ver, a murmuré Nick.

Elle s’est redressée lentement.

– C’est quoi un trou de ver ?

– Un raccourci à travers l’espace-temps.

– On n’est ni dans Star Wars ni dans un de tes foutus jeux vidéo ! ai-je rétorqué, un bras glissé sous l’épaule d’Afton pour l’aider à se relever. Je ne sais pas ce qui nous est arrivé… mais c’est du jamais vu.

La lèvre inférieure d’Afton s’est mise à trembler.

– On est…  tombés. Il faisait noir comme dans un four. Dites-moi que je rêve, s’il vous plaît !

Nick s’est relevé à son tour.

– Apparemment, non. Bon… où sommes-nous, à votre avis ?

Une faible lumière éclairait la salle où nous nous trouvions, qui semblait aussi vaste qu’un stade. Au-dessus de nos têtes, des fenêtres en rosace encerclaient une vaste coupole. Sous le dôme, des arches gigantesques abritaient une multitude de rayonnages en bois sombre. Des lampes dotées d’abat-jour verts s’alignaient sur de longues tables disposées à travers la pièce.

Nous avions atterri dans une salle de lecture qui m’était familière.

Je me suis efforcée de maîtriser la peur qui m’envahissait, mais mes bras et mes jambes, pris de tremblements incontrôlables, n’ont pas tardé à trahir ma panique.

– On est… On dirait la bibliothèque de la photo. Celle de Paris, ai-je dit d’une voix blanche. »

Ce que j’en pense : Tous les ingrédients sont là : magie, suspense, un Boss (le méchant), la fille-héroïne-jolie-jeune-avec du caractère-qui sait se battre, le beau-gosse/chevalier servant/hyper protecteur, et bien sûr l’autre beau-gosse tout aussi chevalier servant qui arrive plus tard. Impeccable !

Brenda Drake a fait le job puisque j’attends la suite avec impatience quand même. Elle a créé tout un univers à partir d’un objet simple et du quotidien, et pas n’importe quel objet : un livre.

Les sauts dans les livres me font un peu penser à la série « Sliders, les mondes parallèles » uniquement du point de vue du bond dans un autre univers, le reste n’a rien à voir.

Ah oui, j’en vois au fond qui lèvent la main, ils ne connaissent pas Sliders. Petit rappel en images :

Et je parie des cacahuètes qu’ils vont nous sortir l’adaptation au ciné dans un avenir tout proche.

Détails techniques : Editions Lumen. 493 pages sans compter les remerciements et les pages blanches à la fin. Caractères moyens. Coût du livre : 15 €

Ma note : 6/7 parce que j’ai vraiment bien accroché. Je n’ai pas eu le sentiment d’avoir subi des passages inutiles. Pour être honnête dans mon analyse, j’aurais aimé que les dialogues soient plus travaillés, il y avait matière à affirmer plus certains personnages avec des répliques plus intenses, mais ce n’est que mon avis.

Je vous l’ai décrit comme le livre du week-end, mais si vous avez du temps, et que vous avez faim, il ne vous tiendra pas le week-end 😀 !

Bonne lecture !

Votre DL.

Lucie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s