The Wicked Deep (La Malédiction des Swan Sisters) par Shea Ernshaw

92584578_831661424008929_8711398595003154432_n

Bonjour mes dévoreuses et dévoreurs,

Je vous présente aujourd’hui ma chronique de The Wicked Deep dévoré en quelque heures seulement.

J’agrémente aussi cette chronique de trois petits ajouts : les personnages principaux, la biographie de l’auteur et un résumé de ma lecture en 3 gifs. L’ajout des noms des personnages principaux me semble important car pour moi ils sont l’essence d’un livre et permettent de se le remémorer.

Pitch de départ :

C’est une histoire de vengeance… Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Une fiction d’une force envoûtante aux frontières de la sorcellerie et de la magie. Êtes-vous prêts à rencontrer les Swan Sisters.

Personnages principaux :

Penny Talbot

Bo

Et bien sûr Marguerite, Aurora et Hazel Swan.

Détails techniques :

Auteur : Shea Ernshaw

Shea Ernshaw vit dans une petite ville de montagne de l’Oregon. Elle partage sa maison avec son époux, un petit chien répondant au nom de Diesel et deux chats très poilus. Rien ne la rend plus heureuse que de se perdre dans un bon livre ou dans la forêt… ou d’écrire. The Wicked Deep est son premier roman. On peut la retrouver sur sheaernshaw.com.

Editeur : Rageot

Nombre de pages : 378 pages

Prix : 17,50 €

Ma note : 18/20

Mon avis :

Ce roman a bien failli être le coup de cœur et il l’a été dans mon esprit durant 95% de ma lecture. Toutefois, la fin m’a laissé un goût amer et je ne sais pas si je me suis sentie frustrée parce que j’en voulais un petit plus ou parce que j’ai été contrariée par une partie du dénouement que je ne vous dévoilerai pas !

Ce roman est identifié en roman jeunesse mais honnêtement je ne pense pas qu’il y ait d’âge pour le lire et l’apprécier.

J’ai été prise par l’histoire tout de suite et les pages ont défilé à toute vitesse.

J’aime beaucoup les histoires basées sur des légendes vraies ou non. Ici, dans la petite ville portuaire de Sparrow, les habitants sont marqués par l’histoire des soeurs Swan accusées d’être des sorcières et noyées après un semblant de procès.

Chaque 1er juin, la ville se remplit de touristes attirés par l’odeur du sang et par une macabre curiosité. En effet, le 1er juin de chaque année et depuis 200 ans s’ouvre la Swan Season et pour la fêter, les jeunes organisent une fête au bord de l’eau et attendent le chant des sœurs Swan. Ce chant va durer jusqu’à ce que les trois sœurs trouvent chacune trois corps de jeunes filles à posséder. Et durant tout le mois de juin, la ville va vivre au rythme des noyades de jeunes hommes envoûtés par les sœurs Swan.

Mais cette année, le chant va durer moins longtemps qu’à l’accoutumé, ce qui ne signifie qu’une chose : les trois sœurs ont rapidement trouvé trois corps à utiliser durant le solstice pour assouvir leur soif de vengeance .

Nous suivons l’histoire à travers les yeux de Penny, une adolescente de 16 – 17 ans qui vit seule sur une île avec sa mère. Cette île n’est pas loin de Sparrow, qu’elle rejoint chaque fois qu’elle en a besoin ou juste pour aller au lycée au moyen d’un petit bateau à moteur.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Penny et son quotidien, tout comme le mystérieux Bo.

L’auteure nous a décrit une petite ville inventée de toute pièces, elle y a a créé un quotidien bien huilé, une histoire, des traditions et une malédiction. J’ai trouvé la description juste et vivante. Chaque petit détail nous permettait de nous immerger complètement dans ce décor et de le visualiser, comme si nous avions vécu nous aussi à Sparrow.

J’ai également aimé la plume de l’auteure que j’ai trouvée fluide et particulièrement poétique. Cette façon de décrire les sentiments et les sensations était unique, douce, touchante et particulièrement saisissante. La richesse du livre était là selon moi, cette poésie, cette douceur, et ces termes particulièrement bien choisis. J’ai été très sensible quant à moi à ces très jolies phrases.

Quant à l’intrigue, j’avoue je n’ai rien vu venir. Je sentais que quelque chose ne tournait pas rond, que c’était là tapi dans l’ombre et que ça allait m’exploser au visage. Quand je lis, je ne cherche pas non plus à tout résoudre, je préfère me laisser porter par le récit et profiter de ma lecture plutôt que de turbiner comme une dingue pour me vanter après et dire : moi j’avais tout deviné, pfff tellement prévisible. Non, ça ce n’est pas moi. Donc quand est venu le moment des révélations, j’ai été prise de doutes et je me suis dit : non ça ne peut pas être ça, ce n’est pas possible. Puis j’ai été mise devant les faits, et ça m’a contrariée à un point que je n’imaginais pas. Je vous laisse découvrir pourquoi !

Une lecture que je vous conseille absolument et idéale par temps d’orage. Ce qui me fait penser que je devrais réfléchir aux meilleures saisons ou au temps idéal pour certaines lectures.

Mention spéciale et toute particulière pour la couverture magnifique et les illustrations à chaque chapitre !

Pour finir ma lecture en trois gifs :

giphygiphy-1  giphy-2

 

Lucie

 

5 réflexions sur “The Wicked Deep (La Malédiction des Swan Sisters) par Shea Ernshaw

    • En fait je crois que parfois on apprécie des lectures parce qu’elles tombent au bon moment ou pendant la bonne saison. Peut-être que si je l’avais lu à un moment différent ou après un autre livre que j’aurais vraiment apprécié, je n’aurais pas eu ce ressenti. Après, j’ai bien aimé surtout l’écriture poétique et l’ambiance. Le côté moins et je n’en ai pas parlé parce que ce n’est pas ce qui est resté en tournant la dernière page, c’est cet attrait pour ces ados à boire de l’alcool à tout va et du café aussi en grande quantité. Mais c’est peut-être très américain 😀

      Aimé par 1 personne

      • ah oui nan mais qui aime le café à16 ans, QUI ? XD et je comprends tout à fait, je pense comme toi, peut être que je l’aurais préféré si je l’avais lu à un autre moment mais je pense déjà que j’étais pas dans de trop mauvaises dispositions donc à mon avis, j’aurais pu encore plus ne pas l’aimer XDDDD

        Aimé par 1 personne

Répondre à plumesdelune Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s