0

Le Joyau de Amy Ewing (Livre 1)

18946967_10155321728022296_117953612_o.jpg

Je suis hyper en retard pour vous faire le compte-rendu de ma lecture commune avec @cam’slibrary qui a été une partenaire super, et qui a dévoré ce roman à la vitesse grand V.  Vous trouverez son avis en fin de chronique (copier-coller d’instagram car elle n’a pas de blog :))

Ce qui était drôle c’est qu’on ne savait pas trop ce que lisait l’autre, et j’ai dit que j’avais Le Joyau qui me faisait de l’œil dans ma PAL, et c’est là que les grands esprits se rencontrent puisqu’elle aussi attendait de le lire.

Là où je croyais lire une histoire classique de princesse rapport à la couverture, je suis en fait entrée dans un monde complètement fou, ça va dans tous les sens : des situations extrêmes et choquantes parfois, mais qui cadrent totalement avec l’intrigue. Donc un roman fou fou fou, et si les deux suites sont dans la même veine ça promet une trilogie de dingue dont je me souviendrais longtemps.

Lire la suite

Publicités
8

Colocs et plus par Emily Blaine

20170526_184940

Commençons cette chronique en listant les 3 choses que je croyais avant d’ouvrir le livre :

1/ Qu’Emily Blaine était une auteure américaine : et en fait pas du tout c’est une auteure de chez nous : cocorico. Le lien vers son site c’est en cliquant ici

2/ Que Colocs et plus était un « roman de gare » : là aussi j’avais totalement tort.

Lire la suite

1

[Instant Poésie] Ne cherche pas – Maurice Carême

De ma propre initiative et depuis que j’ai quitté le lycée (il y a donc fort fort longtemps) je ne lis plus ou très peu de poèmes. Les derniers que j’ai lus sont ceux d’Emily Dickinson. Ce n’est pas une mince affaire les poèmes, quand on ne vous fait pas une étude de texte pour en trouver les significations cachées.

Ce que je préfère dans les poèmes c’est l’analyse que l’on peut en faire et qui en révèle toute la beauté.

Mais aujourd’hui, je partage avec vous ce magnifique et introuvable poème de Maurice Carême. Un poème qui est accroché dans ma chambre, chez mes parents, depuis des lustres. Je le relis dès que je vais chez eux, parce qu’il me fait du bien. Il pourrait presque faire une magnifique chanson mais à ne pas confier à n’importe quel compositeur…

Lire la suite

8

Quand j’étais Ado [TAG]

feet-349687_640

Samedi soir, vous vous ennuyez et me voilà je viens vous sauver avec mon TAG, le 2ème que m’a envoyé Alec à la Bibliothèque, comme une bouteille à la mer… et je vous propose de lire le sien  pour vous mettre dans l’ambiance 🙂

Préparez-vous, je pense que vous n’allez pas être déçu(e)s du voyage. Hop, on grimpe dans la machine à remonter le temps, on ne touche à rien s’il vous plaît, et on écoute gentiment la dame.

giphy1

Etant ado, quelle était ta gourmandise préférée ?

Lire la suite

2

Calendar Girl Février & Mars : Coup double

Coup double sans mauvais jeu de mots hein ? vous me connaissez maintenant.

Je les mets dans le même article parce que a) ce sont de petits livres et b) il ne se passe rien qui donne matière à leur consacrer un billet isolé à chacun.

Maintenant âmes sensibles s’abstenir parce que je ne vais pas faire dans la dentelle.

Que ce soit Février ou Mars, je suis déçue par les deux mais alors totalement.

Autant, j’avais trouvé que Janvier annonçait peut-être quelque chose de sympa, et souvenez-vous j’avais émis des doutes sur le fait que ça puisse tenir la route sur 12 mois. Déjà on peut enlever 2 mois.

Lire la suite

2

Ronces Blanches et Roses Rouges par Laëtitia Arnould

18361784_10155227606717296_1747386296_n

J’ai commencé Ronces Blanches et Roses Rouges depuis longtemps et je me suis arrêtée à la page 27. Bloquée. J’ai lu d’autres livres et je l’ai gardé sur ma table de chevet, je l’ai emmené avec moi partout dans mon sac à mains : mais je ne l’ouvrais pas. Je le regardais avec sa magnifique couverture et je n’y arrivais pas. Mais abandonner ne fait pas partie de mon vocabulaire. Les livres ont tous un secret à nous livrer et particulièrement les livres que je choisis.

J’avais choisi Ronces Blanches et Roses Rouges et j’étais décidée à ne pas me laisser décourager par une vingtaine de pages qui m’avaient déroutées parce que je ne comprenais pas, je ne voyais pas quel chemin elles voulaient me faire emprunter. Si vous le lisez, ne bloquez pas comme moi bêtement, allez au moins jusqu’à la page 30 et laissez-le vous prendre par la main.

Lire la suite