The Crime par Marie Rutkoski

22751224_10155732170937296_1673172783_o

The Crime est la suite de The Curse dans cette trilogie. J’avais lu The Curse il y a quelques temps, et vous pouvez retrouver ma chronique ici. J’avais réellement apprécié ce premier volet et hâte d’avoir la suite entre les mains. C’est chose faite : lu et approuvé !

Si vous n’avez pas lu The Curse, arrêtez-là votre lecture, car il va être difficile d’aborderThe Crime sans parler du dénouement du premier volet. Clairement Marie Rutkoski prend plaisir à nous laisser frustrés avec la bave au menton en fin de tome…

giphy

L’histoire : Si vous vous souvenez, nous avions quitté Kestrel face à Arin, son front orné de la marque dorée la désignant aux yeux de tous comme la fiancée du fils de l’Empereur des Valoriens. Elle était venue remettre à Arin un traité permettant aux Herranis d’être reconnus par l’Empire. Ce traité, Arin l’ignore, est le prix de la liberté du peuple Herrani contre celle de Kestrel qui a choisi de se sacrifier pour ceux qui étaient les anciens esclaves de ce territoire gagné par la force par les Valoriens, et auquel elle s’est attachée.

En tant que fiancée du Prince, Kestrel va devoir apprendre à vivre et/ou survivre à la Cour où intrigues, meurtres et conspirations seront désormais son quotidien. Face à elle se dresse l’Empereur, un homme détestable dont le plaisir est de tourmenter Kestrel, car il doute des raisons qui la poussent à cette union avec son fils.

L’extrait :

« Il fixa la jeune fille d’un air grave. La propre dague du souverain jetait mille feux à sa ceinture. Il effleura la ligne dorée tracée sur le front de Kestrel qui marquait son statut de femme fiancée.

-Votre loyauté va à moi et à l’Empire, vous me le jurez ?

-Bien sûr.

Elle s’efforça de faire abstraction du poids de l’arme qui manquait désormais à son côté.

-Parfait. Et le passé est le passé, nous sommes bien d’accord ?

-Oui.

Le souverain sembla pleinement satisfait.

-Tu ne montreras pas la moindre sympathie envers Herran ou son gouverneur. Si tu en éprouves, étouffe-là dans l’œuf. Si tu n’y parviens pas, tu ne vas pas apprécier les conséquences, crois-moi. Je me fais bien comprendre ?

L’explication était limpide. Kestrel comprenait, à présent, que la visite des geôles impériales n’était pas qu’un test ou une simple leçon aux yeux de l’Empereur. C’était une mise en garde : voilà ce qui arrivait à ceux qui osaient le contrarier. »

Détails techniques : Editions Lumen. 535 pages. Petits caractères. Coût : 15 €

Vous pouvez l’acheter ici.

Mon avis : 6,5/7

Je réserve le demi-point de la note maximale pour le troisième et dernier volet dans lequel je place de grands espoirs, même si je suis terrifiée par l’issue qui attend Kestrel.

Un tome où l’on plonge dans l’excellence : excellence de l’intrigue, excellence de l’écriture, excellence des protagonistes.

J’ai rarement tendance à verser dans l’exagération alors quand je rencontre un livre d’une telle qualité, je pense qu’il faut le souligner, et pourtant ça et là il y a des choses que je n’aime pas lire : comme les scènes crues, les passages où la douleur et la souffrance physique sont mises en exergue au point d’avoir le cœur au bord des lèvres. Je n’aime pas lire qu’un tel ou un tel a les doigts tellement déchiquetés qu’on en voit presque les os, ça me révulse. Pourtant, je passe outre parce que je sais que c’est nécessaire à l’histoire et à son réalisme. Alors, j’avoue que quand à la télé ils disent « âmes sensibles s’abstenir », je sais que ça va me concerner. Mais revenons à nos moutons.

Ce tome 2 a une narration plus lente que le premier, mais plus dense, intense et oppressante. Kestrel se retrouve à jouer la funambule au milieu d’un environnement dans lequel elle ignore ce qui l’attend derrière la prochaine porte qu’elle ouvrira.  Elle est constamment au bord du gouffre, un pas de travers peut provoquer sa chute. Quand elle tente de faire un pas en avant, elle est aussitôt ramenée trois pas en arrière. Fort heureusement pour elle, elle est dotée du sens de la stratégie que lui a inculqué son Général de père, ce qui lui permet quelques coups intelligents pour savoir ce qui se trame, et quelles menaces la guettent. Une héroïne forte mais vite trahie par ses émotions qui lui font commettre des erreurs dont on ne sait pas si elles seront réparables. A sa décharge, Kestrel n’a que 17 ans, on a tendance à l’oublier pendant la lecture, et quand elle vient à manquer de discernement, à agir sur une impulsion dont elle sait qu’elle aura des conséquences, il faut se souvenir de son âge.

L’intrigue est principalement centrée sur Kestrel. Arin reste malgré tout présent, mais vit, quant à lui, d’autres aventures, et cherche une issue pour que son peuple ne soit plus sous le joug de l’Empereur qui n’a que faire des Herranis. Les interactions avec Kestrel sont donc aussi rares qu’intenses. Ils brûlent chacun l’un pour l’autre. Conscients de l’impossibilité de s’aimer, sauf à s’exiler loin de tout et surtout loin de l’Empereur. J’aime beaucoup Arin, cette assurance insolente, ses éclairs de lucidité, son entêtement et sa loyauté sans faille envers son peuple. Arin est impeccable du début à la fin.

Deux autres personnages apparaissent dans ce deuxième volume : l’Empereur sur lequel je ne m’étends pas, un personnage vil, cruel, retors et tous les qualificatifs du même acabit. On ne peut que saluer l’auteure d’avoir créé un tel personnage parfait dans son ignominie.

Le second personnage est le Prince, le fiancé de Kestrel, Verex, que j’ai considéré comme un jeune homme niais, inintéressant et fade, puis qui s’est avéré être un jeune homme finalement complexe et très intuitif, qui a subi et subit toujours l’autorité et la cruauté de son père. On éprouve très vite et très facilement beaucoup d’affection pour ce Prince prisonnier de sa cage dorée.

Pour finir, je dois parler absolument de la qualité du récit. Je trouve, et ce n’est que mon avis, que l’écriture d’une dystopie est des plus complexes. Elle nécessite une maîtrise parfaite de l’univers que l’on a créé. Marie Rutkoski exécute cette performance avec brio, du moins la traduction étant impeccable je ne peux que supposer que la version originale l’est également. Ici tous les détails comptent et sont précis : des coutumes de chaque peuple au plus petit des insectes de ce monde, rien n’est laissé au hasard. L’immersion est totale au point que lorsqu’il m’arrivait de lever le nez de ma lecture je pensais presque pouvoir voir se matérialiser Kestrel sa marque de fiancée et ses somptueuses robes devant moi. Chaque lieu, chaque pièce du château, chaque rue, chaque décor est décrit avec un soin tout particulier, vous passez du sordide au luxe et vous en percevez toutes les nuances.

Je suis donc totalement conquise au point que je fais passer cette chronique avant les deux autres que j’avais préparées.

A lire d’urgence !

Votre DL

Lucie

 

 

Publicités

2 réflexions sur “The Crime par Marie Rutkoski

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s