Confess par Colleen Hoover…

17142056_10155019850927296_1822614172_o

…ou comment se faire aspirer par un livre sans s’en rendre compte ! (oui j’avoue elle était facile : Hoover => aspirer… je fais de de drôles d’associations d’idées parfois).

Confess est un roman qui fait couler beaucoup d’encre sur la toile et les réseaux sociaux. Je ne comprenais pas cet engouement, je ne savais pas non plus exactement quel en était le sujet, ni le style de roman. Comme vous le savez, je suis faible et surtout très curieuse, je n’ai donc pas résisté bien longtemps et en quelques clics il était dans mon antre.

Vous allez vous dire que je ne tourne pas rond ou que je ne suis pas logique mais je n’ai pas lu la présentation de l’éditeur ni la quatrième de couverture. Je n’ai lu aucune critique, aucune sorte de résumé. Je ne savais pas dans quoi je me lançais et j’adore ça.

J’achète bien souvent des livres selon des critères bien particuliers : la couverture m’attire, ou le titre m’attire, ou encore un dernier critère le « tout le monde en parle ». Je me doute que cette façon de choisir n’est pas banale, qu’un être normalement constitué choisit un livre parce que l’histoire, le style ou le thème lui plaît. Mais moi j’aime partir à l’aventure, ne pas savoir dans quoi je mets les pieds. J’ai le sentiment qu’en lisant le résumé je me gâche le plaisir et je veux garder tout le mystère avant d’ouvrir un livre.

L’histoire : Confess est une romance dont les acteurs sont Auburn Mason Reed et Owen Mason Gentry (initiales : OMG), qui sont très jeunes et ont tout juste 21 – 22 ans. Le livre s’ouvre sur Auburn alors qu’elle n’a que 15-16 ans en train de faire ses adieux à celui qu’elle aime, Adam. Adam, son premier amour et le premier à lui avoir fait découvrir l’amour. Adam dont les jours sont comptés. On fait ensuite un bond dans le temps, Auburn a un emploi de coiffeuse et au détour d’une rue, elle voit une affiche indiquant « Offre d’emploi » et pour seul autre indice « Confession », et toute la façade de la vitrine est recouverte, tapissée de morceaux de papiers de toutes les tailles et de toutes les formes.

Et sur ces papiers vous pouvez lire ceci :

17101484_10155017147312296_1288960945_o

ou encore cela :

17101467_10155017130112296_269436686_o

et là en page 25 j’ai été emballée, saisie, cueillie….et j’aurais été Auburn, j’aurais moi aussi poussé cette porte pour voir ce qui se cachait derrière cette offre d’emploi.

En rentrant, Auburn rencontre Owen, un artiste. Le livre est d’ailleurs parsemé de quelques croquis. En plus d’écrire magnifiquement bien je me suis demandée si Colleen Hoover dessinait aussi magnifiquement bien (mais non, dans les remerciements, elle précise que les dessins ont été réalisés par Danny O’Connor). Owen peint la nature humaine en s’inspirant des confessions anonymes qu’il reçoit. Auburn semble farouche et Owen est un jeune homme calme, pratique et avisé,  et même bien trop mûr pour son âge je dirais. Leurs deux univers vont donc devoir s’apprivoiser car ils ont tous deux des secrets très lourds. L’histoire d’Owen et Auburn m’a fait penser à deux bulles qui se tourneraient autour, ballotées malgré le vent mais qui finissent par se toucher et fusionner l’une avec l’autre.

Auburn est effacée et craintive. Owen est son pilier, il va l’aider à sortir du recoin où elle s’est terrée et toute la beauté de l’histoire est là puisque après Auburn renverra l’ascenseur à Owen.

L’extrait :

17142413_10155019823397296_1676582281_o

Détails techniques : Edition Hugo New Romance ; 344 pages ; Caractères Moyens. Prix : 17 €

Vous pouvez l’acheter ici

Ma note : 6,5/7.

On frôle la perfection. Je ne savais pas que Colleen Hoover avait une telle plume. Son écriture m’a directement atteinte au cœur. Sans verser dans la sensiblerie, elle nous entraîne dans la passion flamboyante de deux êtres simplement faits l’un pour l’autre. Alors pourquoi ne pas mettre la note maximale direz-vous ? Tout simplement, parce que j’ai trouvé Auburn particulièrement agaçante et trop inactive par moments.

Vous savez qu’en le lisant et en approchant de la fin, j’ai commencé à croire que ça allait finir en queue de poisson (chose que je déteste au plus haut point), bref je me suis promis intérieurement que si ça ne finissait pas comme je le désirais je ne lirais aucun autre livre de Colleen Hoover ! Autant vous dire que je cherche le prochain roman de cet auteur que je vais lire. La romance a de beaux jours devant elle grâce à elle.

Bonne lecture

Votre DL

Lucie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s