Miss Peregrine et les Enfants Particuliers par Ransom Riggs

17273369_10155048012262296_1237046886_o

La petite fille sur la couverture vous fait flipper ? Ce n’est qu’un début…. vous allez découvrir dans le livre d’autres clichés dérangeants et un peu angoissants surtout quand comme moi vous vous laissez déborder par votre imagination extrêmement vite et facilement.

Les photos en noir et blanc ont toujours eu un effet particulier. Ce n’est pas tant le fait qu’elles soient anciennes, mais plutôt parce que, si vous y faites bien attention, vous constaterez que les personnes photographiées n’y sourient pas, même des couples mariés. ça m’a toujours frappée.

Ma grand-mère avait deux boites en fer blanc dans lesquelles des photos des « ancêtres » de la famille étaient rangées. Le mercredi après-midi, je sortais les boites et on regardait les photos, et plus elles étaient anciennes, plus les gens avaient l’air sinistre.

Pour le livre, ils ont trouvé des photos existantes qu’ils ont très légèrement modifiées (c’est expliqué à la fin) mais la base était déjà bonne, et ça vous fait froid dans le dos.

Je pense que je m’étais involontairement conditionnée dans l’idée de lire quelque chose « qui fait peur », et jusqu’à la page 155, je lisais précautionneusement de peur que soudainement une main ne sorte du livre et ne me saisisse à la gorge. Après la tension est retombée d’un cran, et celle du personnage principal aussi, puisque j’étais prise par ses doutes et ses craintes jusqu’à ce que le mystère s’éclaircisse.

L’histoire : Jacob Portman a 16-17 ans, c’est un adolescent comme un autre, même s’il bénéficie d’une existence privilégiée au sein d’une famille fortunée.  Jacob passe beaucoup de temps avec son grand-père, Abraham dit Abe, d’origine polonaise et dont les parents l’avait envoyé sur une île du Pays de Galle pour fuir la menace nazie. Grandpa Portman raconte à Jacob depuis que celui-ci est en âge de comprendre beaucoup d’histoires sur son enfance. Des histoires pour le moins surréalistes, fantastiques, remplies de « Monstres » et de plus en plus difficiles à croire pour Jacob au fur et à mesure qu’il grandit.

Pourtant, un soir, Jacob trouve son grand-père assassiné au fond des bois, et dans la nuit, l’être qu’il aperçoit dépasse tous ses cauchemars les plus effrayants :

« […] ses yeux nageaient  dans des fossés pleins d’un liquide sombre; des lambeaux de chair noire pendaient sur sa carcasse voûtée. Sa bouche ouverte, grotesque, laissait échapper un faisceau de langues interminables qui se tortillaient comme des anguilles. […] »

Après la mort de son grand-père, Jacob, très marqué et choqué, va être hanté par cette vision, ne va plus dormir sans faire de cauchemars. Ses parents, inquiets, vont donc le forcer à consulter un psychiatre. Puis, en aidant son père et sa tante à trier les affaires de son grand-père, Jacob va tomber sur une lettre signée « Peregrine Faucon, Directrice » et faisant référence à l’île. Il va donc tout faire pour convaincre ses parents de le laisser aller sur cette île, en leur cachant la vraie raison de cette envie. Accompagné de son père, il va donc se rendre sur l’île à la recherche de la Directrice et de son école particulière, et je vous laisse découvrir la suite.

L’extrait :

17230103_10155047924882296_474477049_o

Détails techniques : Bayard Editions, 432 pages, Caractères plutôt petits. Coût : 15,90 € (mais vous pouvez l’acheter en version poche pour 7,90 €)

Vous pouvez l’acheter ici

Ma note :  6/7

L’idée est bonne, l’intrigue est bonne, les personnages sont bien pensés, les descriptions sont aussi parfaites et précises qu’il le faut pour nous immerger dans cette mystérieuse aventure. Mais l’atout, selon moi, de ce roman, c’est l’humour. Le personnage de Jacob est plein d’humour même dans les moments les moins propices à rire. L’extrait que j’ai choisi reflète très bien cet état d’esprit et c’est ce que j’ai le plus apprécié. Il est rare que je parvienne à rire en lisant (ou alors c’est intérieur), et pourtant je me suis surprise à rire doucement. Je ne mets « que » 6/7 car j’ai trouvé certains passages un peu « longuets » à mon goût.

Bonnet lecture !

Votre DL

Lucie.

Publicités

5 réflexions sur “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers par Ransom Riggs

  1. Idem, j’ai besoin de lire des histoires avec lesquelles je vais m’évader et sortir de mon quotidien, de la fantasy, du young adult, de la romance, après j’essaie aussi de sortir de cette zone mais je finis toujours par y revenir 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s