A sa rencontre par Chloé Duval

32105228_10156271096842296_437818533678678016_n

Bonjour mes dévoreuses et dévoreurs,

Je reviens plus motivée que jamais avec une chronique suite à ma lecture de « A sa rencontre » signé Chloé Duval. Une romance des plus agréables et une très belle découverte. Je « connais » Chloé Duval, enfin connaître est un bien grand mot, mais je ne connaissais pas encore ses romans. C’est chose faite. C’est embêtant de savoir qui sont les auteurs et d’avoir échangé avec eux avant d’avoir lu un de leurs romans, parce que s’il s’avère qu’on n’aime pas leurs écrits, c’est un peu gênant. Mais je n’ai pas à me tracasser avec ça, parce que j’ai adoré !

L’histoire :

Alexandra et Gabrielle, deux femmes, deux époques, deux destins, deux cœurs à la rencontre de leur âme sœur.

Alexandra, jeune commerciale californienne pleine d’énergie, a toujours été fascinée par la France. Quand le destin met entre ses mains la photo de son ancêtre, Gabrielle D’Arcy, posant au château de la Ferté-Chandeniers, lui révélant par là même ses origines françaises, la jeune Américaine n’aura de cesse de tout savoir de la vie de cette femme qui a quitté son pays pour l’Amérique.

Se lançant à la rencontre du passé, Alex se rend en France, et fait la connaissance du nouveau propriétaire du château. Leur première rencontre n’aurait pu être plus désastreuse. Éric la surprenant sur son domaine, n’apprécie guère qu’une Américaine – si jolie soit-elle – s’invite dans la demeure qui comptait tant pour son père.

Alors qu’en ces lieux Gabrielle a connu les rêves, les doutes et le grand amour, sa descendante, en marchant sur ses pas, pourrait bien aller à la rencontre de sa propre destinée.

 

Extrait :

« Dans cinquante mètres, tournez à gauche, puis vous êtes arrivée », susurra la voix masculine au délicieux accent écossais émanant du GPS de mon téléphone portable.

Oui, je sais, ne dites rien. On a les plaisirs inavouables que l’on peut, et depuis que j’avais téléchargé cette application six mois plus tôt, il m’arrivait même de temps à autre – c’est-à-dire tous les jours – de brancher le GPS pour rentrer chez moi après le travail, juste pour le plaisir d’entendre parler avec un accent aussi…sexy. Même si ce n’est que pour m’indiquer de prendre l’autoroute et de tenir la droite. »

Détails techniques :

Auteur : Chloé Duval

Editeur : Milady

Nombre de page : 512

Mon avis : 7/7

Vous vous souvenez sans doute de ma chronique des Demoiselles d’Arisaig le roman signé Sarah M.Carr, non ? si…. allez pour vous rafraîchir la mémoire, vous pouvez cliquer  .

Dans cette chronique, j’avais catégorisé deux groupes de personnes : nous les amateurs/trices de romances douces et sucrées, avec un nounours à la guimauve à la place du cœur et les autres (dont fait partie Monsieur « Et toi tu lis quoi? ») qui n’éprouvent aucun intérêt particulier pour les romances douces et encore moins pour les téléfilms romantiques que nous chérissons tant, et qui ont un palpitant tout ce qu’il y a de plus biologiquement normal.

« A sa rencontre » est pour nous : la catégorie 1. Les catégories 2, je vous invite à le lire, il pourrait peut-être vous faire changer d’avis.

J’ai vraiment apprécié le style de Chloé Duval : elle nous parle, je l’imaginais même en train de me faire la lecture. C’est une écriture vivante, dynamique et douce.

L’alternance entre les personnages de Gabrielle et d’Alexandra, chacune dans son époque, avec plus de cent années les séparant est en parfaite symbiose avec le parallèle des destinées de chacune d’elles. A peu de chose près, et à 100 ans d’écart, elles vivent des situations amoureuses et des déboires quelque peu similaires mais dans des proportions différentes. Quand Gabrielle, l’ancêtre d’Alexandra, va prendre un bateau pour résoudre une situation; Alexandra, elle, va envoyer un mail !

Que ce soit Gabrielle ou Alexandra, je les ai appréciées autant l’une que l’autre. Alexandra a un tempérament plus modérée que son ancêtre. Gabrielle est souvent dans le mouvement, à prendre les choses en main. Alexandra me semble plus dans la réflexion, à user des mots plus que des gestes, et à jurer en anglais. J’ai trouvé hyper rafraîchissant que pour une fois, une auteure française, fasse évoluer son personnage dans son temps et son époque de façon « normale » du moins surtout pour Alexandra. Je m’explique : les derniers romans d’auteures françaises que j’ai lus ont selon moi plusieurs travers :

1/ les prénoms et noms des personnages du style : Jean-Xavier, ou Angèle, j’invente mais personnellement et dans un rayon proche de 600 km, je ne connais personne qui porte les prénoms que j’ai pu voir dans certains romans ces derniers temps. Alors a) ça enlève du charme à l’histoire. Certes on a mis un prénom bien « français » et on leur fait faire des choses bien françaises comme acheter du pain et du fromage mais ça ne fait rêver personne, et b) ça me tape sur les nerfs.

Quand je commence une lecture avec « Jean-Etienne était fou de rage et pour calmer ses nerfs se prépara un sandwich au fromage avec le pain provenant de la boulangerie située en bas de chez lui où travaillait Francine. »  : je suis pas emballée, pas du tout, du tout, du tout emballée et j’en suis désolée pour tous les Jean-Etienne et toutes les Francine de la terre.

Donc merci Chloé, des Gabrielle je n’en connais pas mais c’est pas grave parce qu’elle vit en 1900, mais des Alexandra oui j’en connais dans le monde réel !

Et 2/ Ici les protagonistes ne sont pas des gens perchés qui se retrouvent dans des situations improbables et font des choses encore plus improbables. Je n’aime pas du tout ces romans soit disant « réalistes » qui ne le sont au final pas du tout car aucune situation n’est raisonnablement possible. La romance est magique certes et peut-être utopique, mais elle suit ici un déroulé logique, sensé et pour le coup réaliste. Mis à part le maire de la ville qui ressemble à Tom Hiddleston ==> rappel en images :

th

voilà voilà…, donc mis à part cela, le reste est plus que vraisemblable. Les personnages ne sont pas des extraterrestres de la vie et n’ont pas des réflexions tout droit sorties de Psychologies magazine. Mention très bien à notre auteure, avec les félicitations du jury.

Je suis aussi touchée par cette histoire pour deux raisons bien particulières, en dehors de la romance, : 1/ Les vieux châteaux, les vieux domaines, les vieilles pierres, les souvenirs tour cela résonne en moi par rapport à mon histoire personnelle et 2/ je comprends  notre auteure, ce qu’elle écrit est tellement juste, et sa façon d’écrire me fait tellement penser à ma façon d’écrire que tous ses mots faisaient écho en moi. Chloé : » toi parler à moi et moi comprendre toi ». [Petite parenthèse, si un jour mon roman est publié,  tu comprendras mieux.]

Pour rester dans la thématique de l’écriture, je voulais souligner ce passage où elle explique le terme anglais « longing » pour lequel elle est bien en peine de trouver un équivalent en langue française : je suis complètement d’accord. Je ne suis pas bilingue mais j’ai une grande passion pour l’anglais : je le lis, je le parle, je le comprends dans un très bon niveau ma foi (j’ai passé le TOEIC, il y a quelques temps, j’ai obtenu 900 points et le max est 990, donc je me débrouille, il faut bien s’envoyer des fleurs de temps en temps!). Tout ça pour dire qu’à l’évocation de « Longing« , le jukebox s’est mis en route et ma lecture s’est poursuivie à partir de ce point avec ceci en tête :

 

Pourquoi cette chanson ? Oui parce que j’aime inconditionnellement Mariah Carey, certes, mais surtout et principalement parce que je trouve que c’est une bonne définition de « longing » et qu’elle se marie très bien avec l’histoire.

« Longing » m’a donc beaucoup parlé, au point que j’en disserte dessus… Mais j’ai été à deux doigts de faire un free hug à mon Kindle quand j’ai lu : « Je vivais dans ma tête, plus que dans ma vie« . Cette petite phrase c’est purement et simplement la définition ce que je suis, sauf que je ne me l’étais jamais dite et être face à cette vérité m’a beaucoup émue : Merci Chloé une fois de plus !

Maintenant que nous avons parlé des dames, parlons de ces messieurs et des gros appels du pied de notre auteure pour lire Outlander et faire la connaissance de Jamie… Que dire, si ce n’est que notre narratrice s’est fait plaisir avec nos gentlemen un peu bourrus mais pas méchants pour deux sous, qui ont tous deux un passé tragique : le Thomas de Gabrielle plus que le Eric d’Alexandra. Thomas réunit tous les codes du héros de romance historique tant par son physique que par son histoire. D’ailleurs, pourquoi tous les personnages masculins ou du moins la majorité ont-ils systématiquement ces cheveux pour pub L’Oréal et leur couleur noir corbeau ? Non que ça me dérange mais c’est intrigant…

Commençons par Thomas, l’ancêtre d’Alexandra, à qui j’attribue la médaille d’argent. C’est un personnage avec le physique que nous attendons et espérons dans ce contexte romantico-historique (ça existe ça ??) il a un côté sombre, une histoire douloureuse, il est renfermé mais pas insensible.

Quant à Eric, le mâle de notre époque, c’est Monsieur Bourru qui ne parle que quand c’est nécessaire et s’il y est forcé : surtout face à Alexandra qui prend un malin plaisir à l’asticoter. Le duo Eric/Alexandra que l’on aurait aussi bien pu baptiser « Suis mois je te fuis et fuis-moi je te suis » parce qu’ils illustrent complètement la théorie de l’élastique.

Entre Thomas et Eric qui choisir ? Difficile, j’aime bien le côté chevaleresque et gentleman de Thomas, mais j’aime plus je crois la subtilité d’Eric qui malgré son aspect « ours » est un passionné.

J’ai évoqué l’écriture, les personnages, maintenant parlons de la romance en elle-même : tous les ingrédients, tous les codes y sont, ainsi que de grosses références genre appel de phares dans la nuit noire : la belle et la bête, nos écossais en kilt, Roméo et Juliette, tout ça pêle-mêle. N’oublions pas la frustration : combien de baisers manqués alors que tout était réuni pour le grand plongeon ??? Le « longing » nous l’avons bien intégré maintenant, Chloé:

giphy

Pour finir et résumer le tout : Double romance, double histoire, double plaisir, et le tout dans un seul livre !

C’est un livre qui m’a fait beaucoup de bien, très plaisant en cette période, je le conseille à toutes les âmes romantiques ou non parce que nous avons tous besoin d’une petite parenthèse de douceur.

Votre DL

Lucie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s